Drapeau France                     Drapeau espagne                    Drapeau UK                  drapeau américain          drapeau émirats
Obésité  Diabète Érection Ëjaculation Prostate Adénome prostate Atrophie prostate Cancer prostate Immunité Calvitie
Artériosclérose Hypertension Maladie coronaire Anémie Infarctus Faiblesse musculaire Ostéoporose Arthrose Dépression Parkinson Alzheimer
  Home white on blue 32x32 PLAN DU SITE Dr. GEORGES DEBLED TV-VIDÉOS LIVRES  
COMMENT RETARDER LE VIEILLISSEMENT DE L'HOMME    
 

 

Cancer de la prostate

Comprendre votre maladie du vieillissement : l'homme sans âge

Le traitement  bien dosé de la maladie andropause par les androgènes stabilise la prostate

PSA et  Cancer de la prostate (erreurs à éviter)

Depuis son  apparition sur le marché le test de l'antigène spécifique de la prostate (PSA) a été utilisé comme "marqueur spécifique du cancer de la prostate" alors qu'il s'agit d'un marqueur d'activité générale des glandes prostatiques qui peuvent être actives pour d'autres raisons ( infection - adénome)

Le PSA a ensuite été utilisé  pour  suivre les réponses aux différentes traitements.

Depuis le début du XXe siècle la mortalité globale du cancer de la prostate n'a pas été modifiée significativement quel que soit le traitement proposé.

Aux USA certains assureurs ne remboursent plus la détection du taux de PSA comme diagnostic préventif du cancer de la prostate. pdf.

Les médecins, en général, ont mis des dizaines d'années avant de se rendre compte que le PSA ne permet pas de distinguer un cancer de la prostate agressif d'un cancer de la prostate bien toléré ce qui a conduit à des diagnostics abusifs et aux traitements inutilement agressifs. Télécharger pdf.

Erreur 1:

Le marqueur PSA que l'on retrouve dans le sang n'est pas spécifique du cancer de la prostate. C'est un marquer d'activité dont le taux dans le sang varie entre 1 et 4 nano grammes par millilitre. Une simple infection des de la prostate peut provoquer l'élévation du PSA. L'adénome de la prostate peut également régresser (volume de la prostate et PSA) sous hormonothérapie mâle bien dosée.L'adénome de la prostate

Erreur 2 :

 Croire que la testostérone provoque la transformation cancéreuse des cellules prostatiques en confondant l'action de cette hormone mâle sur différents "états" des cellules prostatiques :

Il existe 10 stades de transformation de la cellule prostatique, de la plus bénigne à la plus maligne. Ces transformations sont connues sous le nom de "stades de Gleason" :

  • Les 5  premiers stades correspondent à des transformations qui peuvent régresser (vers la normale) sous l'influence des hormones mâles Télécharger pdf.

  • Les  stades agressifs peuvent être stimulés par les hormones mâles. 

  • Les premiers stades de la transformation peuvent correspondre à une élévation du PSA  dont le taux peut régresser sous l'influence des hormones mâles bien dosées.

  • Si le taux de PSA s'élève sous hormones androgènes, cela signifie que le traitement n'est pas approprié.

 Erreur 3 :

 Méconnaitre l'équilibre biologique in vivo entre la testostérone et la dihydrotestostérone

Erreur 4 fatale :

Ne pas tenir compte :

Structure de la prostate    Adénome de la prostate     Atrophie de la prostate      PSA         Cancer de la prostate       

  La maladie andropause 

 




 
Historique de la maladie andropause Le système de maintenance de vie Un fondement du système de maintenance de vie  La santé au XXIe siècle
La maladie andropause en bref (visioneuse powerpoint) powerpoint 32x32